dimanche 30 décembre 2012

Voeux 2013



Mes voeux pour cette nouvelle année 

Santé car sans elle on ne peut rien
Travail car sans lui c'est pas facile de vivre
Justice car nous en avons besoin pour les êtres humains
Paix car vivre avec elle est nécessaire
Solidarité car les différences sont porteuses de peines et de destructions
Fraternité car sans elle les hommes se combattent

 et je ne peux m'empecher de citer F Mitterand 
"Il y a toujours un avenir pour ceux qui pensent à l'avenir"

A nous de le construire ensemble  

vendredi 9 novembre 2012

Cohérence ?


On ne cesse de nous le répéter c’est la crise, et de son couplet journalier pour nous dire qu’il faut courber l’échine et accepter ce que l’on nous réserve.

Compétitivité encore un mot débité à longueur de journée et c’est le laissé passé officiel pour nous faire accepter des réformes qui sont loin de nous ravir mais que l’on supporte malgré tout car sinon … et je vous évite ici le couplet de la peur  instillé à longueur de journée.

Par exemple sur la compétitivité l’on s’inspire de ce qu’il se passe en Allemagne, pays qui a fait des réformes et qui donc par son courage économique et social a pu mieux s’en sortir que nous autre.
Sauf que l’on oublie de dire que certains travaillent pour  1 euro là bas en Allemagne.

Depuis 20 ans on nous parle inlassablement de la réduction du coût du travail, des charges patronales trop élevées et tous les gouvernements ont fait des réformes en conséquence pour alléger. A ce sujet je vous conseille l’article du monde.

Mais ces cadeaux aux entreprises ont-ils eus comme effet une reprise sur les offres de travail ? Ont-ils signifié amélioration des salaires ?

L’exemple flagrant s’il en fallait un c’est la TVA sur la restauration, la profession elle-même est en incapacité d’amener des éléments sur ce qu’elle a apporté en matière de baisse des coûts pour le client et d’embauche. Elle n’a permis que de sauver quelques uns de la faillite, c’est bien, mais d’autres dans le même temps ….

Donc le fameux rapport Gallois nous remet une couche sur l’allégement des charges patronales et de ce fait la décision du gouvernement tombe
 « Son Premier ministre, toujours soucieux de ne pas désespérer la gauche, s’abstiendra d’entériner la baisse demandée par le rapport Gallois, préférant en lieu et place octroyer un crédit d’impôts aux entreprises pour un montant de 20 milliards (pas 30) à réclamer dès 2014, c’est-à-dire pas tout de suite – des crédits qui, d’ailleurs, seront indexés sur la masse salariale de chaque entreprise.
Le gouvernement crée de cette façon une procédure encombrante. Les entreprises devront faire des démarches bureaucratiques, surtout attendre 2014 et au-delà, pour recouvrer le crédit promis. Mise en place donc d’une nouvelle usine à gaz. » source Atlantico
Mais il y a encore un mais
Si les charges patronales sont importantes, quand est-il des charges des salariés ? les prix baissent ils, les loyers, assurances, sources d’énergie… ? les salaires n’augmentent pas cela est certain !
Alors la TVA dite sociale du gouvernement Sarkozy fait place à une augmentation différenciée des taux de TVA.
  
En fait il est bien loin le temps de la campagne électorale, la crise ayant rattrapée les bonnes intentions  du candidat devenu Président.

Et si nous faisons partie de l’équipe France comme le dit Mr Gallois, il est tout de même compliqué d’expliquer à ceux et celles qui sont déjà en dessous du seuil de pauvreté qu’eux aussi doivent encore participer à l’effort national, alors que la cause de cette crise est connue depuis longtemps, les joueurs financiers qui se sont bien amusés et qui continuent en toute impunité


samedi 3 novembre 2012

Je ne veux être que de passage chez Pôle Emploi

Vous ne le savez peut être pas mais je suis en recherche d'emploi !



Il faut stimuler les propositions, frapper aux portes car c'est ainsi qu'elles s'ouvrent, alors je vous donne un lien pour mieux me connaitre professionnellement avec sur VIADEO mon profil et mes recommandations.

Merci d'avance cher(e)s ami(e)s de vos pistes, recommandations......

http://aliaz.com/danielle-sokolonski

vendredi 2 novembre 2012

Une pensée d'automne




Automne que ce mot semble monotone
Les mots reviennent remplis de nostalgie
Les noms de ceux qui ne sont plus là pour égayer nos vies
Et les feuilles gorgées d’eau nous rappellent l’inlassable chemin de la vie
Le gris du ciel semble nous pénétrer dans l’âme
Puis le sourire de l’enfant, le chant des oiseaux, cette brève éclaircie
Nous rappelle que le monde poursuit sa route éternelle
Passe le temps, passe la vie, avec ses sourires, ses bonheurs,
Passe la vie comme les saisons, avec la pluie, et le soleil
Passe les rêves, les utopies face à l’éternité du monde

jeudi 1 novembre 2012

Concertation ???? mais qu'est ce que cela veut dire ?


La politique c'est difficile, alors il ne faut pas jouer avec les mots, ils ont un sens !


Concertation : La concertation est l’action, pour plusieurs personnes, de s’accorder en vue d’un projet commun
C’est le cas par exemple lorsqu'une collectivité territoriale engage un processus de concertation avec la population locale dans la perspective d’un aménagement : la décision finale appartient aux élus qui seuls en détiennent formellement le pouvoir, mais qui devront intégrer les résultats de la concertation.
L'information : L'information est un concept ayant plusieurs sens. Il est étroitement lié aux notions de contrainte, communication,  contrôle, instruction, connaissance, signification perception et représentation.

Ces données tirées de l'outil WIKIPEDIA, pour expliquer mon propos.

Beaucoup de politiques a différents niveaux de compétences, confondent réunion de concertation et réunion d'information. Et en pratiquant la dernière disent appliquer la démocratie participative.

Or voilà pourquoi on dénature les choses, or voila pourquoi de plus en plus de monde se désintéresse de la politique car être informé est important certes, mais être concerté a un sens beaucoup plus profond et responsabilise.

Pourtant la concertation ne prive pas les élus de leur choix final, elle les amène simplement à prendre en compte les différents avis, les contradictions, les choses améliorables, et donc à prendre des décisions justes et comprises de tous.

Notre démocratie a encore du chemin à faire vers cette concertation, vers de la véritable démocratie qu'on appelle participative, mais qui tout simplement est de la démocratie ! 






lundi 15 octobre 2012

De la politique, de sa raison d'être


Depuis quelques temps j’observe la vie politique avec un peu plus de recul. Je ne suis plus militante dans le sens premier du mot c'est-à-dire affiliée à un parti, devant répondre le doigt sur la couture aux consignes de celui-ci.
Ce recul me permet de voir une situation qui me semble inquiétante quant à la faculté de nos politiques à répondre aux attentes de nos citoyens.
Ces derniers sont pour moi essentiellement dans deux catégories, ceux qui attendent que la bonne parole vienne du haut, qui attendent que nos politiques règlent leurs problèmes et d’autres qui désirent s’investir, faire parti de la cité, faire contrepoids, être force de proposition.

Nous avons vécu 5 ans de Sarkozisme avec la caricature d’un président omni présent, voulant tout régler et ne réglant rien, voulant aussi séparer des citoyens en des catégories communautaires, socio professionnelle, en fait mise en place de l’adage « diviser pour mieux régner »

Depuis mai la gauche et surtout le PS détient tous les pouvoirs, ou presque…
Etat, régions, départements et de grandes villes.

Ils ont donc la possibilité de changer réellement la société en profondeur, et ne pas rester simplement au niveau de la gestion du quotidien et en l’occurrence aujourd’hui de la gestion de la crise.
Or je suis inquiète, car ce que je vois et j’entends me pose question.
Avoir le pouvoir n’est pas une finalité en soi, cela est la possibilité d’avoir enfin les moyens de l’action pour changer, pour améliorer le quotidien des deux sortes de citoyens cités plus haut.

Pour les uns apporter les solutions au mieux vivre, effacer les inégalités criantes que notre société produit et qui mèneront si rien n’est fait aux affrontements entre les uns et les autres. Sur fond d’intolérance, sur fond de crise, les gens se recroquevillent et défendent leur pré. Nous devons aller de l’avant et ensemble.

Pour les autres gauche est synonyme de démocratie, or comment peut on parler de démocratie lorsque certains et non des moindre se battent pour des postes, quitte a en oublier leurs valeurs, ou se cramponnent à leurs mandats divers et variés.
Étonnant non ! 
Comment  justifier cela alors que nous dépassons allègrement les 3 millions de chômeurs. Sans compter la précarité dans laquelle vie nombre de nos citoyens. Comment peut-on justifier le paiement de nos élus dans les divers organismes dont ils font partie, cela on en parle pas toujours non plus dans le cumul des mandats.

Comment peut-on parler de cohérence lorsqu'on a peur de mettre en place un réel débat sur la représentativité, sur les différentes collectivités, leur réelle opportunité d’action.

Comment peut-on croire en la gauche lorsqu’elle recule sur la taxation des œuvres d’art, et des niches fiscales bénéficiant à d’honnêtes citoyens ayant les moyens.

Comment peut-on accepter que le débat sur les drogues soit si « repoussoir » et que l’on préfère rester hypocrite sur cette question, alors que cette prohibition est développeuse de corruption, de délinquance et de problèmes de santé.

Ce n’est pas de gestionnaires dont nous avons besoin, il en faut certes, mais nous avons aussi besoin d’une réelle impulsion d’espoir et de vision de l’avenir.

Je ne crois plus que les politiques, professionnels maintenant, soient en capacité de réagir à cette situation. Ils ne le peuvent plus vraiment, empêtrer qu’ils sont dans leurs incohérences. Ils ont des certitudes, mais ne vivent pas le quotidien des personnes.
Or si je ressens cela, imaginez ce que la personne lambda pense. Imaginez le résultat en 2017 et même avant, si la gauche n’atteint pas ces objectifs de réel changement maintenant.
Cela est grave, car à cette allure, les citoyens vont renier la politique en citant l'éternel "tous pourris" et faisant ainsi l'affaire des extrémistes de tout bord.

dimanche 8 juillet 2012

La rigueur on l'a subit

"Selon un sondage Ifop pour le JDD, 67% des Français sont prêts à faire des efforts pour redresser les comptes du pays. Mais pour 84% d’entre eux, les classes moyennes ne seront pas épargnées par les hausses d’impôts et des prélèvements. Ils ne croient pas à la promesse du gouvernement de faire payer seulement les riches"  (source Le JDD du 8 juillet 2012)


Cette façon de présenter les choses me révolte, oui on n'accepte pas la rigueur, on la subit.... les mots ont un sens.....


Vivre avec un pouvoir d'achat qui fond comme neige au soleil, vivre avec la peur du lendemain, ne plus pouvoir se soigner correctement, subir et encore subir.....
Offrir un avenir incertain à nos enfants !

Certes on ne peut changer les choses d'un coup de baguette magique mais tout de même !
Les français comme les différents peuples européens paient la facture de comportements nuisibles de certains qui eux n'ont pas si peur du lendemain que cela. Pensez donc des imbéciles trinquent pour eux !!!!
Les réformes structurelles sont nécessaires, ils faut que ceux qui jouent, soient les responsables et donc les "assumeurs". 
Il faut que notre société reconnaisse la valeur du travail et non la valeur de la frime et du fric.

Un changement maintenant ( euh.... ) un changement nécessaire car notre monde brise plutôt qu'il ne construit, il brise les êtres humains, la nature, la vie.

Il brise pour que certains gagnent en une seconde ce que d'autres mettent une vie entière à construire. 

Alors des chantiers il y en a  :
  • répartition des richesses
  • reconstruction du service de la Santé
  • reconstruction de la solidarité partagée
  • négociations salariales
  • Mis à plat des coûts de logement, du coût énergétique
  • investissement dans la recherche
  • investissement dans le développement durable
  • redéfinir la consommation redéfinir les priorités vitales 
  • mettre en avant l'être humain et ses besoins (non commerciaux)
  • la solidarité entre générations
  • la solidarité entre peuples
Alors il faut encore faire des concessions pour des éléments vitaux, et bien vérifions avant les cheminements financiers, les dépenses inutiles, redistribuons de manière équitable et juste, l'argent est là, et comme tout bon père de famille les choix peuvent et doivent être fait, avant de demander un crédit qui sera payé par les français.




 

Farniente en Pays Bas

 Un petit séjour reposant, un petit séjour ressourçant, car tranquillité et joie de ne pas avoir d'heure, connaitre, apprendre, découvrir des lieux.
Les vacances c'est le farniente et le farniente peut aussi avoir une autre signification que dorage au bord de la plage.



Alors je n'hésite pas à vous dire de visiter ce pays en dessous du niveau de la mer. Beau simple et parfois magique.


mardi 3 juillet 2012

Du temps au temps....

Certes il faut du temps, du temps pour redresser une économie, du temps pour redonner le souffle d'air nécessaire aux milliers de français qui cherchent un travail, un logement, tout simplement le vivre dignement.

Alors ce nouveau gouvernement est déjà en danger, en danger de ne pas décevoir, en danger de devoir impérativement réussir. Les Français leur on donné une chance mais la réussite est nécessaire.

2 % d'augmentation du SMIC bof bof bof .... avec cela croyez vous sortir la tête de l'eau ? On va nous donner d'amples explications mais c'est dans la M.... que les gens sont.

Les attentes sont nombreuses et à l’affût un parti attend son heure... le FN avec son discours populaire, populiste mais qui est de plus entendu par les déshérités de ce système. Et n'oublions pas l'histoire nous savons que ce type de parti a toujours prospéré dans ces situations économiques difficiles.

Alors oui le PS n'a pas le droit à l'erreur ! car en plus manque de chance pour lui, il  a tous les pouvoirs,  les Régions, les Départements, le Sénat, l’Assemblée Nationale, le gouvernement....

Ces représentants au pouvoir doivent être exemplaires, dans leur action, et dans leur comportement et par exemple commencer par tenir des promesses comme celle du non cumul des mandats. Bien de le dire, bien de le voter en congrès national, encore mieux c'est de l'appliquer y compris à soi même.






samedi 16 juin 2012

vendredi 15 juin 2012

Les électeurs ont choisis...


Ça y est, les dès sont jetés et les électeurs de la 3éme circonscription ont fait leur choix pour désigner ceux qui participeront au second tour, et élire leur député.

La majorité présidentielle se trouve renforcée, et certainement il y a vote d’adhésion mais parfois et particulièrement sur Creil des questions peuvent se poser.

Dans certains quartiers le gagnant c’est l’abstention, près de 70 % sur le quartier Rouher ou le Maire (candidat suppléant) et son équipe nous vantent leur action. Près de 50 % sur le reste de la ville, donc la moitié de la population qui ne c’est pas exprimée !

Pour ma part j’ai fait le choix de voter pour Isabelle Maupin et son suppléant Sofiane Tahi, parce qu’en agissant ainsi j’ai respecté nombre de mes valeurs de gauche :
Le non cumul des mandats, la parité, la diversité, et cette  politique qui apporte du plus,  plus de débat, plus d’engagements concrets, et plus de démocratie citoyenne participative.
Une autre politique quant à l’attribution des logements, une politique incitative pour la création des emplois d’avenir liés au développement durable, la mise en place de nouvelles énergies, la mise en cohésion des territoires, l’aide et le développement des formations, la santé, le mieux manger, le mieux vivre et respirer.

Mais les électeurs, du moins ceux qui se sont déplacés, ont tranché peut être aussi cédant à ce message :
Ne pas mettre un bulletin PS c’est comme donner une chance au FN, à l’UMP.

Pour autant je suis fière d’avoir participé à  cette campagne. Heureuse d’avoir rencontré tant de personnes, affligée de constater la détresse et le mal vivre de nombre de nos concitoyens qui se réfugient dans l’abstention, à quoi cela sert de voter ? Ou dans des votes extrêmes, criant ainsi leur désarroi.
Je reste certaine que nous avons beaucoup de travail, de concertation et d’actions à construire pour le mieux vivre dans notre commune.
Au-delà il s’agit aussi d’une éducation populaire à la citoyenneté dans laquelle il faudrait investir, un vote cela ne s’achète pas, ce n’est pas pour avoir un privilège particulier, une aide personnelle, c’est pour permettre de mettre en place les politiques qui feront que nos enfants vivront mieux demain, que les choix faits seront faits dans le respect du bien collectif et du progrès pour l’ensemble des habitants de notre ville.

dimanche 13 mai 2012

Mon soutien à Isabelle Maupin pour les législatives 2012

Ce petit mot pour vous dire pourquoi j'ai fait le choix de soutenir Isabelle Maupin et Sofiane Tahi pour les législatives de juin 2012 dans la circonscription que j'habite la 3 ème de l'Oise.

Nous travaillons ensemble depuis quelques années au sein de notre groupe d'opposition
au sein de la municipalité de Creil, j'ai pu apprécier son sens de l'écoute, son humanité, et nous avons ensemble la même conception de la politique.

Servir et non se servir, cela semble simple, cela parait évident.

Nous avons toutes les deux appartenu au Parti Socialiste et les années sont passées ou nos chemins se sont séparés puis de nouveau rejoints.
Si je ne suis pas "verte" et reste "rose" dans l'âme, j'apprécie pour autant sa démarche politique, son sens de l'humain remis en avant.

Alors pour moi le choix est simple, car nous pouvons malgré tout donner une majorité à François Hollande sans pour autant ne donner qu'une seule couleur  à l'Assemblée Nationale.
La diversité est aussi garantie de débat et d'actions.

Enfin je vous transmet le lien pour le site de campagne d'Isabelle et vous invite à rejoindre son action.

Le site de campagne  :   Isabelle Maupin





mardi 17 avril 2012

Dimanche 22 avril : le choix pour notre avenir

Dimanche prochain les dès seront jetés et arrivera le second tour.

Après des mois de campagne nous aurons à trancher le 6 mai pour donner à la France l'avenir que nous lui souhaitons.
Le choix n'est pas aussi simple qu'il y parait. A la droite dure et sans pitié, s'oppose différentes gauches, et les électeurs auront à choisir entre les socialistes, le Front de Gauche, les écologistes et la gauche radicale.
Je ne donnerai pas de leçon car tous ils ont raison de défendre ce qui leur est plus cher.

La seule chose dont je suis certaine c'est que nous ne pouvons pas continuer avec un gouvernement qui propose l'injustice comme ligne de conduite.
Injustice sociale, injustice légale, injustice dans le monde du travail, dans les droits et devoirs de nos concitoyens. Il serait beaucoup trop long ici de détaillé les attaques continuelles dont les classes populaires et moyennes ont été l'objet.

Dans la santé, on se dirige vers une santé à deux vitesses, ceux qui peuvent se soigner et les autres qui attendront la grave maladie pour pouvoir se soigner.
Pas de réelle politique de prévention dans ce domaine si ce n'est le triste épisode de la grippe aviaire avec cette sombre dé-lapidation de millions d'euros, heureusement les laboratoires eux en ont profité !

Dans l'éducation que dire si ce n'est catastrophe au lieu de mieux et de plus, on tranche on ferme des classes, là aussi les nantis ont le choix les autres ramassent les miettes.

Au travail certains étouffent de trop et d'autres de ne pas en avoir.
Et surtout ne revendiquez pas sinon .....

La France est le pays de la liberté, de l'égalité et de la Fraternité, alors j'espère qu'après cette parenthèse d'égoisme, qui en plus ne sert qu'aux puissants, les français avec leur bulletin de vote remettrons à l'honneur les principes fondateurs de notre république.

Alors à Dimanche et faites avec moi le bon choix.




vendredi 10 février 2012

Et si on le faisait !

C'est pas sérieux me diras t'on !
Et oui nous autres salariés connaissons le sens de la pénibilité du travail

dimanche 15 janvier 2012

En mai l'agence de notation c'est vous !

En mai l'agence de notation cela sera vous !
Vous délivrerez par votre vote une note incontournable, celle qui choisira l'avenir de notre pays.
Alors pour noter ne cédez par aux différentes peurs que l'on vous propose. Ne cédez pas non plus aux promesses impossibles et à celles qui nous emmèneront droit dans le mur de la haine.
La gauche doit sortir gagnante car elle demeure la seule solution face au cynisme des banquiers et des nantis.
Elle a le devoir d'apporter les solutions à cette crise construite pour retirer les avantages que nos parents et grands parents ont gagner par leur travail et par leurs luttes.
La bataille n'est jamais gagnée alors en mai notons !!!!

dimanche 1 janvier 2012

Devinez quoi ?

Super nouvelle application je peux désormais poster sur mon blog avec mon iPhone

2012




L'année 2012 va être rude, le gouvernement de Sarkozy nous as concocté une cure difficile à soutenir par les plus démunis

Parmi les hausses frappant particulièrement les plus modestes, qui feront aussi les frais de la désindexation partielle des prestations familiales et des aides au logement, figurent l'augmentation des prix du tabac de 6 % en 2011 et en 2012, la création d'une taxe sur les boissons sucrées et le gel du barème de l'impôt sur le revenu.
D'autres augmentations concerneront la quasi-totalité des contribuables salariés : tel est le cas de la taxe sur les mutuelles – qui, selon la gauche, conduira à une recrudescence du renoncement aux soins –, de la hausse du forfait social de 6 % à 8 % sur les revenus exonérés de cotisations sociales, de la suppression ou de la réduction des dérogations en matière de contribution sociale généralisée (CSG).
La hausse quasi-générale du taux réduit de TVA de 5,5 % à 7 % frappera proportionnellement davantage les plus modestes, même si elle ne s'applique pas aux produits alimentaires, à l'énergie, aux biens et services destinés aux handicapés et aux cantines scolaires. Elle rapportera 1,8 milliard d'euros en 2012. C'est ce qu'a coûté l'allégement de l'ISF.


Source le Monde.fr  Claire Guélaud


Alors il nous faut un véritable changement, une autre politique, et 2012 est l'occasion de changer de gouvernement et de mettre au parlement des députés qui aussi appliqueront une autre politique, plus juste et plus humaine.


Notre futur ex Président joue sur la peur, la peur de l'autre, la peur de perdre son travail, la peur de tout en fait, mais n'ayez pas peur et sachez affronter l'avenir en le construisant avec les forces de gauche et de progrès.


Il joue la carte du FN désirant plus que tout un autre 21 avril qui lui permettrait de ce maintenir au pouvoir. Mais cette place il l'adore pour lui et pour les siens, se préoccupant des "misérables" que pour leur vote.

Alors en 2012 nous avons à choisir notre avenir. Celui de l'humain, celui du respect, celui de la fraternité humaine. Tout n'est pas rose ni le sera mais le choix est primordial.

Sur ces pensées d'un 1er janvier, je vous souhaite une bonne année, avec les voeux qui vont avec : Santé, paix et bonheur et l’espérance qu'ensemble nous changerons l'avenir.


Impôts, Sécu, retraite : ce qui change au 1er janvier

TVA - TAXE BOISSON -ENERGIE - CAPITAL ET ENTREPRISES - FAMILLE - SMIC - SANTE - RETRAITE

Enfin c'est démoralisant mais retrouver ce qui vous attend sur cet article du Monde.fr de Jean-Baptiste Chastand