dimanche 27 octobre 2013

En campagne pour les municipales de 2014

Ca y est l'aventure a commencé pour la désignation de la nouvelle équipe municipale qui prendra ses fonctions en  mars 2014.

Je m'engage avec Génération Creil.

Une équipe avec une conception de la gouvernance différente de ce que nous vivons chaque jour.
Une équipe représentative de la population creilloise, avec des compétences dans tous les domaines.
Face a des professionnels de la politique nous voulons rendre cette place fondamentale que les citoyens ont dans la démocratie.

Alors vous pouvez nous suivre, nous rejoindre et connaitre  notre actualité sur le site : www.generationcreil.fr

lundi 6 mai 2013

samedi 4 mai 2013

Du monde politique


Le temps de l’action politique est différent du temps des citoyens, cela semble évident lorsqu'on écrit ces quelques mots, pour autant dans la vie on constate les implications que ces deux temps amènent.
Il y a le temps de la réflexion, de la mise en perspective, le temps de la réalisation pour les politiques.
Pour les citoyens : décision égal action.
Et c’est dans ce paradoxe que nous vivons. Des décisions politiques qui mettent un temps fou à se mettre en place. Tout d’abord simplement par l’inertie des lois, des règlements, par tous ces petits tracas qui font ralentir le processus. Et par ailleurs aussi n’en déplaise à certain par des promesses tenues soit irréalisables, soit juste électorales.
Alors dans ce contexte nous avons des « plus malins » que tous qui nous répètent à longueur de journée « ya qu’à » « faut qu’on » et qui jouent à des jeux inquiétants.
La volonté politique est une chose, la mise en pratique une autre et le monde des professionnels de la politique encore un autre.
Dans ce dernier cas celui du professionnalisme politique, le fil conducteur est celui du maintien au poste, et donc les compromissions face à la réalité. Les valeurs que l’on défendait en tant que simple militant font place à des acceptations.  Des acceptations qui parfois sont contraire à l’éthique du politique au service des citoyens.
Ces contradictions qui parfois amènent à des positions politiques, font le lit des « populismes » car  le citoyen se trouve floué et son écœurement l’amène à penser à ce qu’ils sont tous pareils, des nantis voulant une chose leur bien et oubliant les problèmes quotidiens.
Le paradoxe des cumuls des mandats par exemple, alors que des millions de personnes se trouvent sans emploi. On me dira ce n’est pas comparable ! Oui mais quand le mois est difficile, allez donc expliquer à celui qui peine que c’est normal de cumuler des postes et donc des indemnités.
Pourtant le citoyen peut aussi céder à des sirènes trompeuses, celles d’un discours proche de lui soit disant, alors que ceux qui le tienne sont aussi des professionnels. Je pense ici au Front National avec une image qu’il tente de changer pour «s’honorabiliser » mais….
D’où vient la fortune de Mr Le Pen ? Comment vit-il ? Quel temps consacre sa fille au seul mandat électoral qu’elle détient celui de député européen ?
Il faut donc aussi admettre que le citoyen lui-même n’est pas forcément clair dans ses opinions et ses choix politique. L’on peut donc aussi dire que pour certains le vote est un moyen de pression ou une façon de monnayer les avantages qu’il pourra obtenir personnellement. Dans ce cas que nous connaissons tous, le collectif n’a plus d’intérêt et l’individualisme reprend le dessus.
Nous vivons dans ce monde, entre Sancho Panca le matérialiste et Don Quichotte l’idéaliste. Celui qui pense à sa panse et celui qui se battrait contre des moulins à vent. Et c’est dans se paradoxe que les politiques doivent agir pour permettre à ses deux hommes de vivre en parfaite harmonie.


dimanche 28 avril 2013

Et prochainement les municipales 2014





Les grandes manœuvres ont commencé dans notre bonne ville de Creil pour l’enjeu que représente les municipales en 2014.

 Le combat est déjà lancé à droite avec le parachutage de deux personnes  à Creil.  Donc l’UMP et l’UDI n’aurait pas de représentant local digne d’eux à Creil ?

En fait leur micmac ne m’intéresse pas, car à priori ils veulent par leur candidature reconquérir leur potentiel électoral et cela au-delà de Creil. Les dernières présidentielles et législatives les ont remis à un niveau indécent pour leur égo et donc tous les moyens vont être bons pour redorer l’image.

A gauche cela n’est guère mieux, la majorité municipale composée du PS, Front de gauche, Colère et espoir, Radicaux de gauche et Lutte ouvrière nous a montré ses limites lors du dernier conseil municipal. Les accords passés étant fragiles car basés sur du néant certainement !

Dans notre groupe nous avons aussi du éclaircir la situation en le quittant pour revenir au sens premier de l’engagement que nous avions pris lors des dernières municipales.

Alors dans ce champ de possible que va-t-il ressortir ? Quelles alliances ? Quelles propositions ? Quels projets ? A ce jour rien est écrit et marqué dans le marbre.

Notre ville de Creil est confrontée à des défis majeurs :

Rétablir une image qui c’est détériorée, le monde industriel ayant marqué la ville de son empreinte, et l’ayant laissé dans une situation sociale inquiétante.

Une politique municipale n’ayant pas pris la mesure des attentes de la population dans sa totalité. La première demande de cette population étant l’emploi et le bon vivre dans la ville.  Cette population condamnée à se délocaliser pour travailler, car les entreprises ont vraiment du mal à s’installer à Creil. Le commerce fleuri aux abords drainant une population extérieure, mais meurt doucement en  ville.

Les soins commencent à manquer, difficile de prendre des rendez vous chez les spécialistes, l’hôpital dans sa réorganisation ne répond plus aux attentes des patients.

L’on repeint les bus sans réellement comprendre que les personnes les utilisant sont peut être tout simplement fatiguées d’utiliser des bus pleins à craquer  avec des horaires aléatoires  en fonction du lieu de résidence. Des efforts oui, mais les technico ont-ils vécus ces trajets ?

Non tout n’est pas noir dans la ville, car nous avons des associations qui œuvrent sans cesse, car nous avons des citoyens impliqués, car nous avons cette volonté d’agir et de vivre ensemble et donc il ne manquerait que le liant pour que la situation évolue.
Le liant sera le rôle des politiques à venir, cette nécessité devient de plus en plus flagrante. La démocratie représentative devra peu à peu céder la place à la démocratie participative. Je sais que l’on joue avec les mots, mais il s’agit là de mettre en mouvement des projets partagés, compris et acceptés par tous.
Certes cela est difficile car l’implication est différente selon les personnes, et que notre société prône plutôt l’individualisme, pour autant il faudra relever les manches pour aller au-delà de ce que nous connaissons.

mercredi 3 avril 2013

Humeur socialiste

"Cahuzac c'est exclu du PS, il n'en sera plus membre"H Désir.

Je ne commente pas cette décision, pour autant je ne peux que regretter que dans l'affaire de la fédération de l'Oise seul un lampiste soit mis en examen. Le trou de la trésorerie n'étant soit disant dû qu'à une personne et les vrais responsables continuant tranquillement leur vie politique. 

Il serait parfois bon que les politiques et responsables le soient jusqu'au bout, trahir des camarades, trahir des électeurs pour certains cela n'est pas grave. Pour autant un jour ou l'autre ces "combinaciones" coûteront chères à notre démocratie.


jeudi 17 janvier 2013

du cumul des mandats

Le président de la République l'a annoncé hier aux parlementaires, un projet de loi organique pour «en terminer avec le cumul d'un mandat national et d'un exécutif local» - maire, maire adjoint, président ou vice-président de conseil régional et général - sera soumis au Parlement. 

Bien très bien, pour autant il restera du boulot tout de même, ces maires conseillers généraux ou régionaux, ces maires également président de communauté de communes, car la multiplication des mandats chez certains, c'est presque comme la multiplication des petits pains....


mercredi 16 janvier 2013

La « flexibilité » parlons-en !



C’est le mot à la mode ces dernières années, le marché du travail est bloqué selon certains fameux théoriciens par le manque de flexibilité des salariés.
Accepter de réduire son salaire, accepter de truster son C.D.I pour des emplois divers et variés avec des contrats précaires et on vous sécurise le parcours professionnel. Un parcours à la carte ! Avec de la formation, des garanties que vous toucherez une misère, enfin ne vous plaignez pas vous touchez quelque chose.
Pourquoi cette fléxisecurité ne s’applique t’elle pas à ces messieurs qui dans le même temps s’accordent des salaires exponentiellement croissants. Les salariés baissent leur salaire et d’autres s’accordent des gratifications substantielles parce que c’est la loi du marché. Oui je sais pour eux tout va bien et les parcours hyper sécurisé ils connaissent.
Si le marché du travail doit évoluer, pourquoi est ce toujours au détriment des plus faibles ?
Les nouvelles technologies brisent la nécessité du recours à l’homme, après les machines robots permettant un travail plus humain, réduisant ainsi les travaux lourds et difficiles, les entreprises font maintenant appel aux logiciels divers et variés qui permettent à une personne de faire le travail de dix. Voyez le coût personnel que cela économise pour une entreprise. Certes elle doit s’acquitter de sommes fabuleuses au départ, intégrant des équipes de professionnels, cabinet de penseurs, cabinet de concepteurs, cabinet de….. Et puis viens le jour ou plus besoin de personne, ça marche tout seul …..
Alors oui je vois le temps ou la notion de sécurisation du travail n’aura plus lieu d’être car le travail il n’y en aura plus. Sauf pour les penseurs, les gestionnaires, les personnes tirant les ficelles et voulant garder leur monde pour eux.
Il y  a des films de science fiction qui  nous en parlent déjà et l’on se prend à penser que cela n’est que de la fiction. Pour autant les machines prennent les emplois des hommes, et l’on engage des hommes moins payés ailleurs, à si l’on pouvait revenir au  temps de l’esclavage !
Pendant ce temps il y a aussi des choses étonnantes, nous achetons des marchandises des fruits des légumes venus de l’autre côté de la planète.
Pour le moment ces profiteurs encaissent les bénéfices de leur politique du plus fort.  Ils profitent aussi des multitudes d’humains qui se battent les uns contre les autres. Toi tu ne penses pas comme moi, tu  as une autre religion, tu piques mon travail et pendant ce temps l’adage diviser pour régner maîtrise le monde.
En lisant ces mots vous me voyez peut être comme une extrémiste révolutionnaire, sauf que je n’y crois plus non plus….
Les hommes passent leur vie à se battre pour le pousse toi que je m’y mette, pour autant à ce jour bien peu veulent permettre une société ou l’on serait ensemble, chacun s’attelant à une tache et partageant les fruits de son travail avec les autres. Ce travail pouvant être intellectuel, scientifique ou artisanal. Des êtres humains dans une véritable confrérie ou le respect de l’autre serait règle.

Bon d’accord je sais « j’utopise » encore !!!!